Le snowscoot, qu’est-ce que c’est ?

Basé sur un cadre de vélo et une planche de snowboard, ce bolide est un objet de glisse avec un guidon. Cette discipline a été inventée en 1988 par Franck Petoud et ses amis, fans de BMX et de snowboard. Maintenant, le snowscoot a la particularité de se faire en loisir, mais également en compétition.

Que faut-il savoir sur ce sport ?

En saison

Ce sport se fait uniquement en hiver lorsqu’il neige, tout comme le ski et le snowboard.

Que ce soit sur de la poudreuse, en hors-piste ou sur du verglas, le snowscoot s’adapte facilement. Il ne reste plus qu’au pilote de savoir l’utiliser !

ski-run-3187602_1920

Les différents types de snowscoot

Il y a deux types de snowscoot: le snowscoot rigide et le snowscoot suspendu.

  • Le snowscoot rigide est le modèle le plus léger. En effet, grâce à sa légèreté, nous pouvons sentir beaucoup plus de sensation. Dans ce type de snow, il est possible de choisir soit le carving (dont la barre du cadre sera droite pour permettre au snowscoot de se pencher plus facilement), soit le modèle X-lite (étant basé sur le freestyle principalement).
  • Le snowscoot suspendu est le plus lourd, mais adopte plus de souplesse. Il reste de loin le moins tranchant. De plus, nous pouvons trouver une suspension à la fourche, ou bien une suspension à l’avant, mais aussi sur le cadre. Cela peut dépendre du modèle choisi.

Il existe également des snowscoot dédiés pour les adultes et d’autres pour les enfants. Ils seront bien entendu adaptés à leur taille.

Les différentes parties du snowscoot

Le snowscoot contient plusieurs pièces :

  • Deux planches : une pour la fourche et une pour l’arrière
  • Un guidon
  • Un cadre
  • Un leach
  • Un footstrap

Et peut éventuellement contenir le kit carving (permettant d’accentuer les virages en se penchant).

Comment pratiquer le snowscoot ?

La pratique en « loisir »

Cet apprentissage se fait simplement par un guidon permettant de tourner en penchant le snowscoot avec son corps du côté que l’on souhaite.

Pour avancer, il vous faudra simplement pousser avec un pied comme une trottinette, ou de se laisser glisser sur une pente pour pouvoir prendre de la vitesse.

Pour s’arrêter, il suffit d’enlever un pied du footstrap (un embout permettant de garder les pieds sur le snowscoot). Puis, d’appuyer avec l’autre pied (se trouvant encore sur le snowscoot) pour le mettre de travers et pouvoir arrêter la machine.

La pratique en « compétition »

  • Le snowscoot se pratique en compétition sous différentes formes :
  • Le boardercross (c’est un terrain de BMX sur neige, composé de virages, de bosses…)
  • En vitesse (en ligne droite sur un périmètre défini, avec un chronomètre)
  • Les slaloms (un parcours avec des slaloms sur une piste souvent noire ou rouge)
  • Le freestyle (cela se fait au snowpark, sur des bosses, barres, etc. L’objectif est d’avoir un maximum de points au jury).

Et qui dit compétition… dit récompense ! Des chèques et du matériel sont souvent à remporter !

Chaque année, en honneur au créateur du snowscoot, la finale de ce sport s’effectue à Pra Loup sous le nom des TI-DAY’S. Pour l’année 2019, vous pourrez rejoindre ses compétiteurs le 23 et le 24 mars 2019.

ti-daysSource : praloup.com

 Où faire du snowscoot ? Dans quelle station ?

Ci-dessous un tableau récapitulatif des stations acceptant le snowscoot :

 

Alpes-de-haute-Provence Alpes-Maritimes Ardèche Ariège Haute Savoie
- Pra Loup- Saint Jean Montclar- Sainte Anne la Condamine - Auron- Isola 2000- La Calmiane- Valberg - La croix de Bauzon - Ax les Thermes - Combloux- Megeve

 

Hautes-Alpes Hautes-Pyrénées Isère Pyrénées-Orientales Savoie
- Ancelle- Les Orres- Montgenèvre- Orcières Merlette- Réallon- Saint Léger des Mélèzes

– Serre Chevalier

– Stations villages du Queyras

– Superdévoluy, La Joue du Loup

- Gavarnie – Gèdre - L’Alpe d’Huez- Les 2 Alpes- Méaudre- Villard de lans – Correncon - Font-Romeu- Les Angles- Puyvalador - Aussois- Espace Diamant- Les Arc- Valloire Valmeinier

Il est ainsi important de rappeler que le snowscoot est parfois limité sur certaines des pistes et sur des remontées mécaniques.

courchevel-726325_1920

Le  snowscoot n’est pas un appareil dangereux, il y a une protection appelé « le leach »  pour que la machine ne parte pas en cas de chute. Ce sport est toutefois très facile à apprendre.